FERMETURE DE LA BOUTIQUE EN LIGNE | Veuillez noter que toute commande sera traitée à notre retour dès le 6 octobre 2021. Merci!

-

Le plan était de naviguer les 140 kilomètres de la rivière Blackstone, par la suite faire du portage le long de la rivière Ogilvie et revenir par la route Dempster.

-

Le 24 août dernier, mes amis, Taïga (mon chien) et moi-même se sont aventuré dans un périple de 10 jours sur la rivière Blackstone, qui se trouve dans le Nord du Yukon. Le plan était de naviguer les 140 kilomètres de la rivière Blackstone, par la suite faire du portage le long de la rivière Ogilvie et revenir par la route Dempster. Normalement à la fin août, le niveau d’eau des rivières est généralement assez bas, ce qui oblige à faire du portage dans certaines zones. Eh bien cette année, c’était l’opposé! Nous sommes partis sous une forte pluie et nous nous sommes rendu compte rapidement que le niveau d’eau était plutôt élevé, pour ne pas parler d’inondation. Pendant le périple, nous avions l’intention de chasser, mais avec toute cette eau, avoir un orignal comme poids supplémentaire dans le canot était trop dangereux. On a donc espéré croiser un tout petit mouton. Le deuxième jour, nous avons eu un bel après-midi, même si la rivière était encore inondée et que certaines zones étaient plus difficiles à pagayer que prévus. Ce qui a pris au dépourvu Guillaume et Michah. Ils ont chaviré et leur canot s’est pris dans un amas de bois au milieu de la rivière. Après un peu d’effort et de travail de tout le monde, nous avons réussi à tirer le bateau et tout le matériel hors de cette zone. Nous avons pu continuer notre route mais certains fût vraiment secoués par l’évènement.  

Le troisième jour, après que Mère nature nous ait gâté d’une autre nuit de pluie, nous sommes arrivés à notre camp assez tôt, ce qui nous a donné le temps de sécher le matériel. Ce fût notre dernière chance pour le séchage, car vers 20h00 le ciel s’est recouvert de nuages et la pluie nous a frappés de nouveau. Cette tempête était tellement intense, la pluie était si lourde et bruyante que nous ne pouvions même pas nous entendre parler dans la tente. Il a plu pendant 5 heures et quand nous nous sommes réveillé le lendemain matin, le paysage était recouvert d’un drap blanc. Le niveau d’eau était encore plus élevé, par contre la température était de notre côté, avec un 5 degrés, pour le reste de notre voyage. Réalisant que faire du portage le long de la rivière Ogilvie allait être impossible, j’ai commencé à regarder nos autres options; c’est-à-dire contacter quelqu’un pour nous sortir là. Nous avons réussi à parler à Jim Fink, un pilote de brousse expérimenté qui vole depuis plus de 15 ans, et qui a travaillé dans la région. Après nous avoir dit que les conditions n’allaient pas en s’améliorant, on s’est dit que ça commencerait à être plus difficile qu’on pensait. Le 6ème jour, nous avons décidé de rester prudent mais quand même se lancer dans la neige et la pluie. Une fois que nous sommes arrivés, Jim est venu voler au-dessus de nous. Il a ouvert la radio de l'avion pour communiquer et après une brève discussion, il a atterri sur un petit banc de gravier. Il nous a offert le moyen le plus facile de se sortir de là. Il nous a pris un par un et nous a conduit à son camp où un dîner chaud nous attendait.  

Finalement, nous n’avons rien chassé, car notre séjour s’est résumé à passer tout notre temps à nous faire sécher et rester au chaud, finalement une belle expérience en enfer. Jim nous a dit qu'il n’avait jamais rien vu de tel en 15 ans. Au moment où nous sommes sortis du camp, il y avait déjà un bon pied de neige d’accumuler dans les montagnes et ce n’était que le commencement. Maintenant, nous avons besoin d’y retourner pendant l'hiver avec des motoneiges pour ramener nos canots, car nous n’avions pas le choix de les laisser derrière nous. Une autre aventure à planifier!

Article précédent Article suivant

0 commentaires

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

Recently Viewed